Marcel Favre
Ecomusee
imprimerie des arts
Charles Pezzotti
bandeau

Accueil > TRADITIONS ET CHANTS TYPOGRAPHIQUES > Poèmes et chansons > Le Fig’Circus

Le Fig’Circus

juin 2005

sur l’air : "BARNUM"

Si vous allez un jour sur les Champs-­Elysées,

Passer par le rond-point, celui qu’est point carré,

Vous verrez un grand cirque,

C’est pas de la crot’ de bique,

C’est un spectacle à tout casser :

Un vrai succès damné...

/

Sitôt franchie la porte,

C’est fou c’ que vous verrez,

Entrez, entrez Messieurs Dames,

Des courses à l’échalote,

Le feu et les pompiers,

Entrez, entrez Messieurs Dames,

Vous verrez dans leur "sortes"

Les apprentis "sortiers",

Entrez, entrez Messieurs Dames,

Le jour comme la nuit, le spectacle y est permanent

Entrez dans l’établiss’ment.

/

Entrez, entrez, et vous verrez

de fameux clowns et des "Gugus"

Entrez,entrez, et vous verrez

Tout un programme au "Fig’Circus"

/

On y vient de partout, on y vient mêm’ d’ailleurs

Les vedett’s sont pourtant vêtues en travailleur,

Quoi qu’elles fassent des prodiges,

Y’en a qui les corrigent,

Qui leur donn’ent sans hésitation

De sacrées corrections...

/

Dans ce cirque, en ce home,

Le spectacle est frappant,

Entrez, entrez Messieurs Dames,

Sur son chariot fantôme,

Le clicheur tire au flanc,

Entrez, entrez Messieurs Dames,

Le lino bat l’atome,

Le typo reste au rang,

Entrez, entrez Messieurs Dames,

Mais étant à... la page, en form’... les artist’, s’il vous plaît,

Travaillent tous avec des filets.

/

Entrez, entrez, et vous verrez...

/

Mais tout ce baratin, ce n’est pas que des mots,

Car il y a aussi bon nombre d’animaux :

Canards et canardières,

Et des... hebdromadaires...

Et des coquilles pour faire l’œuf,

Et ceux qui prennent leur ’bœuf’.

/

Vous verrez sur du marbre

De drôles de beaux châssis,

Entrez, entrez Messieurs Dames,

Vous viendrez rire aux larmes

Et pleurer de rire aussi,

Entrez, entrez Messieurs Dames,

Vous verrez de ces barbes

Comme on en voit qu’ici,

Entrez, entrez Messieurs Dames,

Et le plus formidabl’, c’est qu’ c’est gratuit pas de monnaie,

Car c’est le patron qui paie...

/

Entrez, entrez, et vous verrez...

|