Marcel Favre
Ecomusee
imprimerie des arts
Charles Pezzotti
bandeau

Accueil > TRADITIONS ET CHANTS TYPOGRAPHIQUES > Poèmes et chansons > Qui n’a jamais

Qui n’a jamais

mardi 31 mai 2005

Qui n’a jamais chanté nos airs du "Figaro"


Et n’a jamais souri de nos blagues salaces,


Ne sait rien des beautés qui font le temps passé


Ni des secrets du coeur, de l’âme des poivrots ;

Et quand viendra le jour de notre ultime A LA

Si nul ne se souvient de nos bonnes ivresses,

Qui donc témoignera pour nous, pleins de tristesse,

Etant toujours ici, déjà n’étant plus là ?

Que les adieux soient brefs, mais qu’ils soient arrosés ;


Que l’admirable vin ruisselle en nos artères,


Et qu’encore une fois nous donnions à la terre


L’exemple du péché qui nous fait tout oser.

Les voici, les copains : le gentil farfelu

Le grave militant, le brandisseur de sexe.

La typote alléchante et ses amours annexes,

Tous au grand rendez-vous des regrets superflus ;

Demain, soyez-en sûr, vous pourrez rencontrer,


Au bar de la cantine, au petit réfectoire,


L’ombre des retraités, leur errante mémoire,


Et, s’ils ne sont point morts, vous les verrez entrer.

Et se tourne la page, au journal de l’oubli.

Buvons en célébrant le meilleur et le pire,

Les fureurs d’une époque et les joyeux délires.

Buvons pour adoucir le moment du repli.

|

Claude Debray